AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionSite

Partagez | 
 

 Aru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Aru   Ven 25 Fév - 9:21

*__Identité




NOM :
Negens

PRÉNOM :
Aru

AGE :
19 ans, bientôt 20.

*__Description




PHYSIQUE :

A l’origine, Aru n’est pas quelqu’un qu’on remarque particulièrement par son physique. Mince sans être maigre, pas vraiment musclé, de taille moyenne, sa silhouette est plutôt passe partout et il s’en accommodait avant son entré au lycée. C’est à ce moment que son caractère s’est dessiné clairement et il a décidé de changer radicalement d’apparence.
Le visage fin, les traits doux et arrondis accentuent son côté sympathique. Ses cheveux, artistiquement arrangé en un fouillis de mèches souples, n’auraient rien eu d’extraordinaire s’il n’avait pas décidé de les teindre en rouge. Vif, s’il vous plait. Ils lui tombent jusqu’au bas de la nuque, et couvre totalement son front, ne se gênant pas pour obscurcirent sa vision à l’occasion.
Ses yeux, eux, étaient autrefois d’un simple gris bleuté, et s’y ajoutait une paire de lunette. Il a choisit de remplacer ces dernières par des lentilles, d’un vert émeraude. Adieu la discrétion, donc.
D’un point de vu vestimentaire, il sait se montrer plus sobre. Il s’habille généralement en noir et rouge. Ses vêtements sont toujours larges, souvent même trop grand pour lui, et possèdent de nombreuses poches, dans lesquels il four tout et n’importe quoi, à commencer par ses mains. Lorsqu’il prévoit de rester chez lui pour peindre, néanmoins, il enfile un simple T-shirt blanc, couvert de tache de couleur.
Il ne supporte pas les capuches, ainsi que les bonnets et autres chapeaux. Par contre, il n’est pas rare qu’il enfile une paire de mitaines ou de gants en cuir noir.
Ses capacités physiques, autrefois moyennes, ont augmenté lorsqu’il a accepté de participer au Jeu, en particulier son sens de l’équilibre. Cela ne l’empêche pas de se montrer maladroit lorsqu’il est d’humeur rêveuse, ou alors qu’il fait simplement exprès.



CARACTÈRE :

En surface, Aru est un chic type. Le genre de personne que les gens apprécient. Un bon copain. Toujours le sourire aux lèvres. Il possède en effet un grand sens de l’humour, plus ou moins tordu en fonction de son humeur. Sa perpétuelle joie de vivre se double d’une certaine générosité ; jamais il ne refusera d’héberger quelqu’un ou de donner un coup de main.
Il est naturellement très insouciant. Ce trait de sa personnalité le pousse bien souvent dans des situations compliquées. Et là, hors de question de faire face ; il cherche toujours à s’en sortir par des pirouettes et des compromis. Il est tout simplement incapable d’assumer ses actes. Par conséquent, bien que cela puisse paraître paradoxal, il ne fait que rarement preuve de franchise. Il dissimule ses pensées, ses propres sentiments, pour ne pas à avoir à regretter ses paroles plus tard et fait tout pour qu’on ne le prenne pas réellement au sérieux. Il lui arrive ainsi de faire preuve d’une affectuosité un peu trop envahissante, ou d’exagérer le moindre détail, si possible à grand renfort de gestes et de cris. En bref, il se comporte comme un vrai gamin.
Cette attitude peut s’avérer lassante, voir totalement exaspérante. Mais cela ne semble pas le gêner. Il ment avec une facilité surprenante et n’hésite pas à inventer des histoires totalement démesurées, voir même dénué de la moindre crédibilité.
C’est qu’au fond, Aru n’a guère confiance en lui. Il refuse que quiconque s’appuie sur lui. Son pire cauchemar, c’est qu’on lui dise « C’est de ta faute » Il s’enferme dans ce costume de « bouffon » pour éviter qu’on s’en prenne à ce qu’il est réellement, autant dire un trouillard.
Il a pleinement conscience de cette faiblesse, de cette incapacité à faire face. Et cela ne fait qu’empirer son manque de confiance, l’entraînant dans un cercle vicieux. C’est cela qui l’a poussé à vouloir mourir ; mais un sursaut de fierté l’a poussé à accepter de participer au Jeu. Il espère secrètement compenser son manque de courage par son talent pour ce que certain appelle la fuite, mais qu’il préfère qualifier de « capacité à éviter ennuis ». Il est de plus passé maître dans l’art de détourner les conversations.
D’un point de vu relationnel, il semble vouloir bien s’entendre avec tout le monde. Il est vrai que la majorité des gens de son âge le considère comme un bon copain, quelqu’un avec qui délirer de temps à autre. Il n’a pas réellement d’ami proche. Il évite généralement les enfants, dont il garde un très mauvais souvenir. Quand à vivre une histoire d’amour, qu’elle soit sérieuse ou non, c’est pour lui hors de question. Cette perspective le terrifie.
Il aime se perdre dans la lecture, ou mieux encore, la peinture. Cette passion le suit depuis son enfance et il passe la plus grande partie de son temps libre un pinceau à la main. Il adore les couleurs, les plus vives possibles, et cela se ressent sur son apparence physique.
Il manque sérieusement de sens de l’organisation et son appartement est un véritable capharnaüm.
En plus de cela, il possède une sérieuse addiction au thé, brûlant et très infusé de préférence. Les tasses vides jonchent chaque pièce où il s’attarde et il ne supporte pas de passer la moindre journée sans en boire.


*__Histoire




HISTOIRE :

Les parents d’Aru avaient 21 ans lorsqu’ils se rencontrèrent pour la première fois. Deux mois après le début de leur relation, la jeune femme tombait enceinte. Son petit ami la soutint pendant la grossesse, ainsi que jusqu’aux six mois de leur fils. Mais il n’était absolument pas prêt pour ce genre de responsabilité et finit par abandonner la mère et l’enfant pour disparaître on ne sait où.
A six ans, Aru se retrouva placé chez son oncle et sa tante, la sœur de sa mère. Cette dernière avait jusque là élevé son fils tant bien que mal, mais elle se retrouva finalement à l’hôpital, atteinte d’une grave maladie, dont le pauvre petit était bien incapable de retenir le nom.
Son oncle et sa tante l’accueillirent à bras ouverts. Ils étaient des gens dévoués et aimant, bien que très occupés. Et ils consacrèrent alors le peu de temps qu’ils avaient à leur pauvre neveu, qui était alors un enfant timide et sensible, et absolument adorable.
Le problème résidait dans le fait que le couple avait déjà des enfants. Des jumeaux, deux ans plus âgés que leur cousin, et avec un caractère nettement plus difficile. Ils apprécièrent peu le dévouement de leurs parents envers le nouvel arrivant et se décidèrent rapidement à lui mener la vie dure. Cela en toute discrétion, bien entendu.
C’est à son entré au collège que son quotidien devint réellement difficile. Les jumeaux n’eurent aucun mal à dresser une bonne partie des élèves contre lui, et il se retrouva le souffre-douleur des plus âgé. C’est à cette époque qu’il commença à façonner son masque souriant. Il devait alors rendre régulièrement visite à sa mère à l’hôpital, et la maladie l’affaiblissait de plus en plus. Hors de question de lui montrer qu’il allait mal. Il ne tarda pas à afficher son attitude joyeuse même avec son oncle et sa tante. Les quelques bleus qu’il ramenait parfois étaient facilement attribué à son côté maladroit bien connu de la famille.
Sa mère mourut alors qu’il avait 14 ans.
Sa passion pour la peinture s’était beaucoup développé et ses tuteurs acceptèrent qu’il intègre un lycée qui proposait une section artistique renommée. Dans une autre ville. Il se débarrassa ainsi de l’influence de ses deux cousins et avait l’occasion de reprendre une vie sociale normale.
C’est ce changement total d’existence qui le poussa à adopter une apparence différente, ainsi qu’a ne plus quitter le personnage qu’il s’était peu à peu fabriqué. Aru le gentil garçon sage, qui cachait ses larmes après que les autres l’aient insultés, il devient Aru l’adolescent blagueur, complètement déluré, bruyant à l’occasion, mais toujours sympathique.
Ses années de lycée se déroulèrent sans trop d’encombre. Il obtint son bac du premier coup, sans grande facilité, mais obtenant finalement des résultats tout à fait corrects. Il n’avait jamais aimé l’école ; il était intelligent, sans être un génie, et les cours ne lui posait pas de problème, mais bien qu’il n’en montrait rien, la vie en internat lui avait pesé et il était fatigué de devoir fréquenté chaque jour une foule de jeune de son âge.
Il prit donc la décision risquée de ne pas poursuivre ses études.
Ce choix ne fut pas une prise de risque totale. Il aimait lire presque autant qu’il aimait peindre, et il s’était fait un ami de l’homme qui tenait la plus grande librairie de la ville. Ce dernier approchait de la retraite et avait proposé à Aru, qu’il appréciait grandement, de le prendre comme employé. Le jeune homme passe donc désormais le plus clair de son temps à porter des cartons de livres et à les ranger sur les étagères, lorsqu’il n’est pas en train d’apprendre à gérer le magasin ou à conseiller les clients au mieux. Le tout dans l’objectif de reprendre la boutique un jour. Ou, rêve inavoué, de gagner asser d’argent pour intégrer un jour une prestigieuse école de peinture, dont son oncle et sa tante était loin de pouvoir payer l’inscription.
Le cours de sa vie semblait donc s’être redressé. Tout allait pour le mieux.
C’est un soir, alors qu’il s’était attardé à la librairie après le départ du propriétaire, que tout bascula à nouveau.
Ils étaient trois, ils étaient armés. Ce qu’ils voulaient, c’était bien simple : la caisse. Et, par la même occasion, si possible, se distraire un peu.
Tabasser le jeune homme tremblant qui tentait vaguement de s’interposer entre eux et l’argent leur sembla être une distraction tout à fait convenable.
Après cette soirée, Aru s’était réveillé à l’hôpital.
Les blessures physiques n’étaient que superficielles. Il s’en était sortit.
Mais les blessures morales, elles, s’étaient rouvertes.
Il était rentré.
Son employeur était venu le voir, le réconforter.
Il avait hoché la tête. Il avait sourit.
Et puis, une fois seul, il s’était assit dans la cuisine.



SUICIDE :


Il en garde une fine cicatrice sur l’avant bras gauche.
Ca avait été douloureux. Il ne se souvenait pas vraiment de la manière dont le sang avait coulé sur sa peau.
Sans doute parce que les larmes brouillaient trop sa vue, à ce moment là.
Lame grise et rouge.
Il aurait bien aimé le peindre.
C’est peut-être pour ça qu’il était revenu.

*__&More ?




AUTRE :
Moi je trouve que l'idée de base est drôlement chouette, tout de même. Le type qui l'a eut est drôlement génial, tout de même.
Ou alors juste drôlement morbide.

VOUS :
A.A.
16 ans
Aime lire, dessiner et surtout écrire.


COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ?
C'est une bulle qui a explosée.
Je me baladais sur internet, et puis d'un coup, "plop" [C'est el bruit d'un idée qui germe.]
Alors je lui ai serré la main et je l'ai présentée à d'autres gens. Et puis voilà.


Dernière édition par Aru le Dim 27 Fév - 11:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Aru   Sam 26 Fév - 21:07

Je te valide !

J'ai pas le droit de faire ça ?
Sad

"bouffe des idées pour les mixer entre elles et en recracher de nouvelles."
Mouais, ce principe me rappelle une nouvelle, que j'ai lue un jour, avec une fouine et un bœuf...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Aru   Dim 27 Fév - 11:54

C'est l'utilisation de terme "bouffe", je crois que ça y restera éternellement associé XD
De toute manière, j'ai changé, ça ne collais plus à mon état d'esprit du moment. Ca aurait fait peur au gens. [Je suis définitivement trop instable.]

Je me valide toute seule, de toute manière, nah Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aru   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aru
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Versus :: .: Général :. :: .: Présentations :. :: Présentations validées-
Sauter vers: