AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionSite

Partagez | 
 

 Toile d'araignée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Toile d'araignée   Dim 24 Avr - 21:52

L’entrepôt était désert depuis plusieurs années déjà, abandonné pour une obscure raison. Il servait désormais, tout au plus, de refuge à une ou deux quelconques bandes de jeunes désœuvrés, à l’occasion. Mais pas cette nuit.
Un vent léger balayait le décor, et peu d’étoiles parvenaient à scintiller brièvement entre deux nuages. La seule véritable source de lumière, dont le seul effet était de faire danser les ombres d’une manière inquiétante, était la ville. A la fois proche et terriblement lointaine, toile d’araignée d’acier et de béton qui déroulait ses fils à l’infini. Ville refuge et ville prison, désormais théâtre d’un spectacle dont le genre n’était pas encore défini. Le Jeu s’avérerait-il un simple divertissement, ou bien tournerait-il au massacre ?


Comment était-il arrivé ici ?
C’était une succession de coïncidences et de faits inexpliqués. Ou peut-être pas.

Pendant la journée – il pouvait sûrement dire « la veille » désormais – Aru était retourné travailler pour la première fois depuis son accident. Cela ne s’était pas trop mal déroulé, malgré une certaine tension bien présente dans la matinée. A la fermeture, lui et son patron avaient quitté la librairie ensemble et il était rentré chez lui, rassuré.
La soirée s’était déroulé d’une manière on ne peut plus classique, et il avait finit les mains dans la peinture, comme souvent. Il n’avait pas lâché ses pinceaux pendant plusieurs heures, ce qui lui avait permis de constater une fois de plus ce qu’il avait déjà remarqué les nuits précédentes.
Le temps avait beau passé, il n’avait pas réellement sommeil.
Il avait finit par aller se coucher et après un interminable moment passé à chercher une position, il s’était endormi. Pour se réveiller, une heure et demi plus tard, dans la forme la plus parfaite.
Il n’était pas stupide. Cette absence de fatigue correspondait au moment où il s’était « réveillé » en temps que Joueur. Cela avait forcément un lien.
Puisqu’il avait encore une bonne partie de la nuit devant lui, il avait décidé de vérifier une autre hypothèse qu’il avait envisagé à propos de ses nouvelles « capacités ».

Il s’était éloigné du centre ville, encore trop animé, même au alentours de 4 heures du matin.
Ce quartier d’entrepôts désert lui avait parut être un parfait terrain d’entraînement.
Et il avait pu établir une nouvelle certitude.

Il n’avait jamais brillé en sport, bien qu’ayant des résultats tout à fait acceptables. Pourtant, il avait s’était retrouvé sur le toit du bâtiment sans avoir rencontré de difficulté majeure.

D’un mouvement de tête, Aru secoua sa tignasse rouge, assombrie par l’obscurité.
Mieux ne valait pas rester trop longtemps perché là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Toile d'araignée   Lun 20 Juin - 17:58

Quatre heures du matin.
Le sommeil ne venait pas.
Je suis sorti.
Me suis éloigné des lumières éblouissantes de la ville.
Les rues semblaient vides, mais on pouvait distinguer quelques silhouettes dans l'obscurité.
La misère de la ville n’apparaît réellement que la nuit.
Ces ombres se réunissent, et leur nombre fait peur.
Les rares passants s'éloignent.
Est-ce de la honte ?

J'ai déjà assez observé la misère.
Je me suis éloigné.
Me retrouvant là.
Les entrepôts devant moi.

La vérité est que je ne m'y suis rendu qu'une fois.
Tristan.
Qui a voulu que mes pas me transportent une nouvelle fois ici ?
Le destin ?

Je ne crois pas au destin.

Je me retourne.
D'ici on aperçoit la ville, s'étendant, immense, recouvrant l'horizon.
Gris, transpercé d'éclats colorés.
Lumières aveuglantes qui colorent vainement, futilement la toile d’insignifiance.
Je me suis toujours sentit différent.
Notre seul point commun était cette insignifiance.
Insignifiance.
Pourtant, mon subconscient m'en a éloigné.
Avais-je besoin de me sentir différent ?
De ne laisser aucune accroche entre moi et eux ?
Ou voulais-je seulement sentir que je vis pour quelque chose ?
Que je ne suis pas qu'un pion dans le Jeu ?

Je crois que je dévie, réfléchir me fatigue.
En fait je suis las.
Las de tout.
Au final, je suis surement toujours insignifiant.

Mouvement.
Je redresse la tête.
Silhouette sur le toit de l'entrepôt.
Éclats pourpres.
Je connais cette allure.
L'autre.
Aru.

Je ne suis peut être pas le seul insomniaque de la ville.
Peut être pas le seul qui ressent le besoin de s'éloigner de la ville.
Étrange coïncidence que nous nous retrouvions, une nouvelle fois, deux existences sans points communs, qui se rejoignent pourtant encore en un lieu.
Peut être est-ce finalement le destin ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Toile d'araignée   Mer 29 Juin - 22:47

Un instant il était là, debout, le monde étendu devant lui, perdu dans ses pensées.
Le suivant, la panique était là.
Parce qu’il n’était plus seul.
Et que l’autre, il le sentait, le regardait.

Son premier réflexe fut de s’accroupir pour être moins visible. Puis il entreprit d’atteindre le bord du toit, toujours baissé, ce qui le força à adopter une démarche particulièrement peu élégante. Restait à descendre. Il n’eut pas longtemps à chercher comment ; il esquissa un simple mouvement vers le vide, et ce sur quoi il appuyait son pied droit – pas le temps d’en reconnaître la nature exacte – céda dans un fracas métallique. Il se retrouva donc pendant dans le long du mur, agrippé comme il pouvait au rebord du toit.

La situation se présentait vraiment, vraiment mal.

Il se laissa finalement tombé, atterrissant de manière à peu près silencieuse. Mais le choc du contacte avec le sol se réverbéra douloureusement dans tout son corps. On était bien loin de la légèreté de certains personnages cinématographiques.

Cette expérience avait quelque chose d’instructif, au fond : il avait obtenu d’impressionnantes capacités physiques, mais il lui restait encore à apprendre à s’en servir correctement.

Aru se glissa le plus discrètement possible jusqu’au coin du bâtiment pour pouvoir observer le nouvel arrivant. Qu’il reconnut sans mal.
Il avait eut tellement de mal à obtenir son nom qu’il n’était pas prêt de l’oublier.
Daï-An.
Ce n’est pas tant le fait qu’il se retrouve à nouveau qui l’étonna, mais plutôt le lieu et l’heure de cette rencontre. Un autre insomniaque ?
Cette pensée fut aussitôt suivit d’une autre : Un autre Joueur ?
Il la chasse aussitôt. Aucune chance.
Bien qu’ayant accepté de participer au Jeu, le jeune homme n’avait pas encore réalisé tout ce que cela impliquait. Ce n’était qu’une idée un peu effrayante, doublé d’un nouveau talent pour l’escalade et d’une bonne dose de questions qui l’empêchait de dormir.
Ce n’était pas encore réel.

Restait à savoir ce qu’il allait faire dans l’immédiat.
Il était presque certain que l’autre l’avait vu, mais au fond, peut-être commençait-il à devenir un brin paranoïaque.
Indécis, il fourra ses mains dans deux de ses poches – le pantalon qu’il portait en possédait un bon nombre, et il l’adorait pour ça - en regrettant de ne pas être resté chez lui. Il aurait continué à peindre. Ou aurait but un thé en attendant de retours du sommeil.

Si Daï-An l’avait vu, il devait être en train de se poser bons nombres de questions. Quoique, c’était un peu difficile de faire des hypothèses à son sujet, il avait tout de même semblé un peu, comment dire, décalé.
Mais, s’il était bien en train de s’interroger, alors c’était probablement une mauvaise chose. Mieux valait l’arrêter tout de suite, non ? Ce n’était peut-être pas si compliqué. Il pouvait s’en sortir, s’il s’y prenait bien.

En une simple seconde, Aru se composa son masque habituel. Sourire éclatant.
Il ne sortit pas les mains des ses poches ; il ne faisait pas froid ; leur tremblement aurait été difficile à justifier.
Et il s’avança d’un pas sautillant vers l’adolescent.


- Hey, Daï-An, c’est toi ? Tu m’as fait peur ! Pendant un moment je me suis imaginé que t’étais peut-être, tu sais, un assassin, un truc du genre, que j’allais assister à un meurtre, ou peut-être à la réunion d’une société secrète ! J’avais les j’tons ! –

Bien, continuer ainsi, noyer tout ce qui avait de l’importance.

- Je suppose que tu dois te demander ce que je fais dans le coin…-

Changement d’expression, passage en mode dépité.

- J’avais donné rendez-vous à une fille, en fait, tu vois…Elle m’avait dit qu’elle aimait bien les endroits un peu sombre, se faire peur…Alors je l’avais invité ici…Elle n’est pas venu…-
Bref silence, regard vague.
Puis sourire forcé.


- Je crois que je vais devoir laisser tomber avec elle. Elle était drôlement mignonne, pourtant.-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toile d'araignée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toile d'araignée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toile d'Araignée : Te prendras-tu dans ma toile ?
» La toile de l'araignée [Feat Akina Hideaki ]
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» Toile d'Araignée - Te prendras-tu dans ma toile ?
» LES ARAIGNEES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Versus :: .: RPG :. :: En périphérie :: Entrepôts désaffectés-
Sauter vers: