AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionSite

Partagez | 
 

 Pluie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Pluie   Dim 27 Fév - 20:53

[Inaugurer un forum avec un titre aussi pauvre...J'ai un peu honte...Mais c'est dûr de trouver un titre, surtout lorsqu'on ne sait pas dut tout sur quoi ça va partir...
En plus, c'est tout court, mais bon, c'est la reprise hein.]

En général, il évitait le parc lors de son temps libre.
L’endroit en lui-même ne lui déplaisait pas. Il n’était pas grandiose, mais agréable. Ce qui le faisait fuir, c’était les familles qui profitaient d’un après-midi de repos en venant pique-niquer sur l’herbe verte. Adieu, alors, atmosphère paisible. Les enfants envahissaient la moindre pelouse, le moindre fourré.
Il détestait les enfants. Ou plutôt, il les craignait.
Aujourd’hui, c’était différent. Les petits monstres étaient tous à l’école. Et puis, le ciel était gris ; la pluie menaçait. Le parc était presque désert.
Il aurait dût être au travail, mais son patron lui avait accordé quelques jours de repos. Pour qu’il se remette de ce qui s’était passé.
Douce amertume à cette pensée.
S’il savait…

Aru s’avança sur la pente douce, qui descendait un plan d’eau. La terre était humide sous ses pieds. Il sentait ses semelles s'enfoncer de quelques millimètres dans le sol à chaque pas.
Une bourrasque plus vive que les autres le fit frissonner. Par réflexe, il rajusta sa veste sur ses épaules et fourra ses mains dans ses poches. Une mèche rouge lui barrait l’œil droit. Il ne la repoussa pas.
Première goutte. Puis une seconde. L’étang se mit à onduler.
Il avait peint quelque chose de semblable, une fois. Il aimait les paysages. Il ne peignait jamais les humains autrement que sous forme de silhouettes.
S’il restait là, il finirait trempé.
Il ne bougea pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Dim 27 Fév - 21:55

Depuis ce matin, je n'ai pas bougé.
Ce banc m'est devenu plutôt familier.
L'inscription "A+R=♥" n'attire plus autant mon attention qu'avant.
Mais je me demande tout de même l'intérêt d'écrire ce genre de chose sur ce pauvre banc.

Oh... Il commence à pleuvoir.
J'ai décidé de sécher les cours aujourd'hui.
En temps normal, Tristan me le reprocherait. Mais il n'est plus là.
Ne pas faire acte de présence n'est donc plus une faute.
Je ne sais pas si mes "camarades" de classe le remarqueront.
Peut être que certains profiteront de mon absence pour prendre ma place au fond de la salle.

Les gouttes arrivent les unes après les autres au sol.
J'aime bien la gravité. C'est beau.
Si Tristan était là, il ne voudrait pas que je soit mouillé.
De mon sac, je sors mon parapluie.
Comme ça je lui fait plaisir, même si il ne le sait pas.
Est-ce que notre subconscient perçoit ce genre de choses ?
Un peu comme lorsque l'on tousse, on dit que c'est car quelqu'un pense à nous.
En tout cas, je n'éternue pas souvent.
Ce n'est pas une critique envers moi-même, juste une constatation.

Tiens, il y a une personne dans le parc.
Étrange personne d'ailleurs.
C'est un garçon. Il a des cheveux d'une étrange couleur. Rouge. Une vingtaine d'années...
Encore, je ne juge pas, je constate.
Il doit avoir à peu près mon âge en fait.
J'ai une image du jeune d'aujourd'hui un peu cliché en vérité. Ça me gène.
D'ailleurs, je ne m'inclue pas dans la catégorie "jeune d'aujourd'hui".
Pourtant, je suis jeune... Et je vis aujourd'hui...
C'est étrange d'ailleurs. Je pense que ça ne devrait pas être le cas.
"Voulez-vous participer au Jeu ?"
Je me demande... Si j'avais refusé...
Serais-je comme on dit... Mort ?
Je suis déjà mort !
La mort est liée à la vie. Peut être la vie ne voulait pas me laisser rejoindre sa copine.
Peut être la mort est-elle la même chose que la vie...

J'ai trop réfléchis aujourd'hui.

Si Tristan était là...
Arrête de dire ça ! Tristan n'est pas là !
Ah... Oui...
Et bien...
Je pense que Tristan voudrait que je soit un peu plus sociable.
En l'occurrence, que je prête mon parapluie à ce garçon, sous la pluie.
Sinon, il va finir trempé...

J'ai fait une chose qui ne lui aurait pas plu. Je vais me racheter.

Me lève.
Il y a de l'eau dans mes chaussures. Ça fait "Splock" à chaque fois que je marche.
Ça me gène.
Mais je continue.
Je pense... Que j'ai l'air ridicule avec ce parapluie.
Le bruit de la pluie couvre celui de mes pas.
Oh...
J'arrive dans de la gadoue.
Du coup quand je marche, il y a le "Splock" de l'eau dans mes chaussures, et le "Splach" de mes chaussures dans l'eau.
Ça me gène.
Vivement que j'arrive.
Je suis à quelques pas derrière lui.
Je ne veux pas lui parler.
Je fais ça pour Tristan.
Je fais apparaître le parapluie dans son champ de vision, et accompagne cela d'un geste signifiant :
"Tu le veux ?"

_________________




Dernière édition par Daï-An le Dim 27 Fév - 23:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Dim 27 Fév - 22:45

Il pleuvait vraiment fort, désormais.
Il sentait les mèches rouges se plaquer à son front. Ce n’était pas désagréable. Il avait l’habitude de finir trempé. Il n’avait jamais prit la peine de s’acheter un parapluie.

En entendant le bruit spongieux des pas tout proche, Aru esquissa un mouvement pour se retourner dans sa direction. Et se retrouva face à face avec un jeune homme.
Ils avaient peut-être le même âge. Ca n’avait pas vraiment d’importance. La silhouette de l’inconnu était mince et fragile. Ses cheveux blonds à peine humide. Il avait des yeux verts, luis aussi. Sauf que les siens l’étaient sans doute naturellement. Il était beau, vraiment. C’était un constat, une pensée d’artiste qui cherche toujours l’étincelle qui fait l’œuvre d’art.
Aru n’était pas laid, mais il lui avait toujours un petit quelque chose pour se distinguer. Désormais, il ne savait plus comment juger son apparence ; elle n’était qu’une façade, un mur qu’on aurait couvert de peinture colorée pour masquer les fissures.
Il pensa à son pansement sur la mâchoire. Et à ses cheveux mouillés.
En cet instant, il devait plus ressembler à un chiot errant et trempé qu’à autre chose.

"Tu le veux ?"

Il lui montrait son parapluie.
Bref instant d’analyse. Ce genre de comportement était rare. Et il n’était pas d’humeur à parler avec un inconnu.
Un large sourire se dessina sur le visage d’Aru. D’un pas large, il se plaça sous le parapluie, tout en tachant de laisser de la place au blond. Ce qui n’était pas une mince affaire, étant donné le peu d’espace dont ils disposaient.
Une goutte d’eau glissa doucement le long de sa joue. Ses vêtements étaient trempés.

- Ca c’est drôlement sympa alors ! Merci bien, sans toi, je crois que je m’en serais sortit avec un sacrée rhume.

Et il n’aurait pu s’en prendre qu’à lui-même.

- Je suis Aru ! Et toi ? –

Il tendit la main dans l’espace qui les séparait, avec la ferme intention de serrer celle du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Dim 27 Fév - 23:18

Oh... Il l'a prit !
Il a accepté mon parapluie !
C'est étrange... Je ne pensait pas qu'il l'accepterait en fait.
Peut être que je voulais me prouver que le monde me rejetait plutôt que de faire plaisir à Tristan...
Je ne sais pas. Je ne veux pas chercher.

"Ca c’est drôlement sympa alors ! Merci bien, sans toi, je crois que je m’en serais sortit avec un sacré rhume.
Je suis Aru ! Et toi ?
"

Il me parle.
Je n'aime pas quand on me parle.
Vraiment pas.
Et je ne suis pas "sympa".
Il se présente. Il me demande de me présenter.
Que dois-je faire ?
Pourquoi est-ce qu'il veut savoir mon identité ?
Pourquoi moi ? Pauvre garçon qu'il ne reverra jamais ?
Est-ce qu'il va me demander quelque chose ?
Il va vouloir que je l'aide ?
Je n'aime pas aider les gens. Je n'aime pas me mêler des affaires des autres.
L'humain est un être égoïste. Je suis un égoïste.
Est-ce que je me résous à ça parce que je suis humain ?
Est-ce ma seule excuse ?
Je ne veux pas réfléchir, arrête !
Ma tête tourne...
Mon cœur bat à travers elle. Trop fort.

Et lui ?
Pourquoi est-ce qu'il me décline sans peur son identité ?
Et pourquoi est-ce qu'il me tend sa main comme ça ?
Il fait peur. Il est trop libre, trop ouvert.
Mes mains tremblent. Traitresses.

J'ai froid. Tout est glacé.

Il est trop proche de moi.
Je peux sentir son odeur, presque le toucher.
Je n'aime pas cette proximité.
Je ne le connais pas.

Ce n'est pas que l'humain me répugne, mais...
Je n'aime pas le savoir trop, près.
Je ne veux pas qu'il pose son regard sur moi, qu'il me détaille, m'inspecte.
Ce que je suis ne le regarde pas.
Je...
Je ne suis rien.
Je ne veux pas qu'il voie ce rien.

Baisse la tête.
Je ne veux pas voir son visage.

Mes bras commencent eux-aussi à trembler.
J'ai froid.
J'ai peur.
Je veux partir d'ici, mais il y a cette main.
Cette main tendue vers moi...
Cette main c'est une offre pour entrer dans leur monde.
Une porte ouverte.
Est-ce qu'en la refusant, je laisserais passer l'occasion d'être normal ?
D'être accepté ?
Est-ce que je serais alors totalement responsable de mon isolement ?
Peut être que mon être tout entier demande d'être intégré.
Je ne sais pas...
Cette main... c'est trop dur...
Je ne veux pas avoir à regretter...
C'est trop dur de réfléchir.
Je veux m'éteindre.

J'ai chaud... Bien trop chaud... Ça brule.

Le monde autour de moi tourne trop vite.
Je me sens chanceler.
Il y a cette main...
Mon corps tombe...
Cette main.
J'essaie de l'attraper pour ralentir la chute.
Je la touche.
Douce.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Lun 28 Fév - 12:23

Pas de réponse.
C’est avec étonnement qu’Aru observa l’expression de l’inconnu se faire troublée.
Et aucune voix ne se mêlait au martèlement de la pluie.

Le blond vacilla. Agrippa la main tendue avant de tomber à genoux sur la terre détrempée.
Aru écarquilla légèrement les yeux et s’empressa de s’agenouiller à côté du garçon, lâchant par la même occasion le parapluie, qui atterrit sur le sol. Tintement métallique.

- Hey, ça va ? –

Question relativement stupide, à moins qu’il ne soit tombé sur un type qui s’effondrait dans la boue lorsqu’il était au sommet de sa forme.
Mais comment réagire autrement ?
Son regard émeraude balaya rapidement les alentours, déserts. Une part de son esprit en profita pour constater que son pantalon neuf, qu’il avait enfilé pour la première fois le matin même, était déjà bon pour un sacré tour de machine à laver.
La pluie se faisait de plus en plus violente et heurtait brutalement ses épaules.
Sa main droite tenait toujours celle de l’inconnu, et il posa la gauche sur son dos.

- Est-ce que tu m’entends ? Tu veux que j’appelle un médecin ? -

Il se souvint au même instant qu’il avait laissé son portable sur son lit.
Il retint un juron.
Il commençait vraiment à avoir envie d’un thé brûlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Lun 28 Fév - 12:58

Il y a une voix qui résonne au loin.
Je ne comprends pas ce quelle dit.
Il y a trop de bruit.

Je me sens léger.

Contact.

Ah ! On me touche.
Résiste.
Tu dois te débattre.

Ouvre les yeux.
Ce bruit sourd, incessant. C'est la pluie.
Oui, le banc, la pluie, le garçon.
A+R=♥

"...le un médecin ?'

Médecin ? Non, pas lui, je ne veux pas y aller.
Ils ne comprennent pas... Il me donne des noms dont je ne veux pas.
Ils me regardent trop.
J'ai peur.

Pourquoi est-ce que ma tête semble vouloir exploser ?
Tu es mon corps, obéis-moi.
Je veux partir d'ici, je ne veux plus avoir mal.

Le parapluie !
Le parapluie de Tristan ! Ou-est-il ?

Geste brusque.
Il m'a lâché.
Tout est flou autour de moi.
Mais je voie dans le marron... Le parapluie.
Je le ramasse.
Mon sac est lourd.
Je tombe.
Mes mains sont sales, mes genoux aussi.

Pourquoi est-ce que tu ne m'obéis pas ?
Je suis ton âme, et je veux que tu partes.
Lève toi !

Le garçon...
Il me regarde...
J'ai peur, je veux partir d'ici.
Recule.

Il me regarde de haut.
Imposant.
Le rouge tranche avec les couleurs alentours.

Ma tête...

Je veux rentrer.
Tourne la tête vers la ou j'aurais du être.
Je veux rejoindre le banc.
Mon soutient d'aujourd'hui.
A+R=♥







_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Jeu 3 Mar - 11:58

Et toujours pas de réponse.
Il n’était pas muet, pourtant, il lui avait proposé le parapluie.

Il se releva ; tituba ; tenta d’attraper l’objet qui gisait dans la boue ; tomba à nouveau.
Aru s’était redressé. Il ne savait que faire.

- Calme-toi, bon sang ! –

A nouveau, son regard balaya les alentours avec insistance.
Cherchant, quelqu’un, quelque chose, un endroit ou se mettre à l’abri.
Ne trouvant rien.
Juste l’étang qui ondule, juste l’herbe qui ploie, juste ce stupide banc ouvert de graffiti sur lequel il ne s’était jamais assit.
Ne trouvant rien.
Juste le ciel qui se fait plus sombre à chaque instant.
Juste un vieil arbre à moitié défeuillé, dont ils ne pourraient cercler le tronc de leur bras, même à deux.
Aru grimaça.
D’une main, il attrapa le parapluie. De l’autre, le bras de l’inconnu. Et s’efforça de le relever.

- Viens, essaye de tenir debout. On va aller sous l’arbre, ça peut pas être pire qu’ici. –

Ca ne risque pas d’être beaucoup mieux non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Jeu 3 Mar - 21:15

Il me prend mon parapluie.
Il me tire par le bras.
Que veux-t-il me faire ?

Sous l'arbre.
L'arbre ?
Ah, cet arbre là...

Je suis trempé.
Je ne sais pas dans quel but il m'a amené ici.

Mais ma tête se calme peu à peu.
Ma respiration se fait plus régulière.
On est deux sous cet arbre.
Il pleut.

Je tremble, mais ce n'est pas à cause du froid.
J'ai peur.
Je ne sais pas ce qu'il me veut, ce qu'il va me faire.
Je ne comprends pas.
J'ai fait une bonne action, non ?
Je lui ai prêté mon parapluie.
Je crois que les bonnes actions sont des choses que l'ont ne peut que regretter.

Si j'étais resté assis sur mon banc, et que je l'avais regardé se mouiller, il n'y aurait pas eu de problème.
Ma tête m'aurait fait mal de la même façon, mais j'aurais été seul.

Ça y est, mon corps s'est entièrement calmé.

Il est toujours à côté.
Je regarde l'eau tomber.
J'ai peur de le regarder.
Il n'a pas l'air de vouloir me rendre mon parapluie.
Il veut me le voler ?

J'aurais préféré aller sur le banc.

Je ne suis pas protégé de la pluie sous l'arbre.
Les feuilles ne font que ralentir l'échéance de l'eau qui arrive.

L'eau ça mouille.

Il m'a mit debout.
Est-ce qu'il me remettra debout si je m'assoie ?
J'aimerais essayer pour voir.
Mais je ne veux pas qu'il me renne le bras pour me relever.
Je n'aime pas qu'il me touche.
Alors je ne vais pas m'asseoir.

Les gouttes coulent sur mon visage.

Mes mains sont gelées.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Sam 5 Mar - 11:36

Les feuilles sont trop rares pour former un barrage efficace à l’averse. Mais elles apaisent sa violence. C’est déjà ça de gagner.
Et puis ici, le sol n’est pas trop boueux.

D’un geste déterminé, Aru replace le parapluie entre les mains du garçon qui n’a toujours pas de nom.
Et il fouille dans les innombrables poches de son pantalon, désormais sale.
Pour en ressortir un paquet de pastille à la menthe.

- Tu en veux ? Ca fait du bien, je crois, quand on ne se sent pas très bien. –

Comme pour prouver à l’autre qu’il ne risque rien, il attrape un des bonbons et le met dans sa bouche.
C’est agréable.
N’empêche qu’il préfèrerait un thé brûlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Sam 5 Mar - 14:39

[Tu y tiens à ton thé brûlant, hein ?]


Mon parapluie.
Finalement il me le rend.
J'écarte donc la thèse du voleur.

Il fouille dans ses poches.
En ressort un paquet.
Duquel il tire un petit objet ovale, plat et blanc.
Un peu comme un galet, mais blanc.
Et moins dur surement, car il le met dans sa bouche.

Il m'en a proposé.
Je ne crains rien, il en a avalé un.
En prenant ce galet, je goûterais l'inconnu.
Je veux essayer.

J'ai mon parapluie dans les mains.
Je vais devoir le poser pour saisir ce galet.
Il me l'a rendu, je ne pense pas qu'il veuille me le reprendre.

Je le met en appuie contre l'arbre.

Tend la main vers le paquet.
Attrape un galet en prenant soin de ne pas toucher le garçon.

Hésitation.
Oui, il a bien mangé le galet, il l'a encore dans la bouche.
Bon et bien...
Je glisse entre mes lèvres celui que j'ai prit.
C'est froid.
J'aime le goût.

Sourire.

Aru.
Joue avec le mot, le retourne.
Court, simple.
Deux voyelles une consonne.

En observant de plus près, il a les yeux verts.
Un garçon en vert et rouge.
Et blanc, n'oublions pas le galet.
Sa couleur de cheveux est peu commune.
Originale, mais trop à mon goût.
Trop voyant, trop exagéré.
Je n'aime pas me montrer, être vu.
Il est comme mon contraire.

Vert.
Trop vif, trop de contraste avec le rouge.
Une couleur quasiment opposée.
Ça détonne, c'est faux.

Tout n'est qu'apparence.
Car ses galets sont blancs.
Et se sont des choses données, non affichées.

Il m'intrigue.
Mélange de couleurs.

J'ai croqué dans le galet.
Ma bouche va exploser, y'a trop de sensations.
C'est froid, mais c'est comme si c'était en feu.
J'adore ces galets.
Est-ce que je suis masochiste ?

Je veux savoir.
Pourquoi il y a de telles contradictions sur lui.
Le langage de la parole est nécessaire.
Je vais y recourir, briser mes interdits pour cette question.
Je n'aime pas ça.

"Pourquoi est-tu polychrome ?"


[Tu remarques que j'ai mis "Polychrome" dans le texte ^^]

_________________




Dernière édition par Daï-An le Dim 6 Mar - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Dim 6 Mar - 11:33

[Je note et j'admire^^ J'ai eut beaucoup de mal à ne pas y ajouter une majuscule^^]

Sous ses yeux, étrange transformation.
L’inconnu saisit la pastille. La glisse entre ses lèvres.
Et sourit.
Puis se met à le détailler avec intention.

C’est un peu déstabilisant, et même presque gênant.
Nerveusement, Aru fait rouler une mèche rouge entre ses doigts.


- Pourquoi es-tu polychrome ? –

Ah.
Ce n’est pas exactement ce a quoi il s’attendait, comme réponse.
Mais l’image ne se laisse jamais déstabiliser ; il sourit. Comme si c’était l’évidence même.


- Le monde est drôlement gris, tu ne trouve pas ? Il faut bien apporter un peu de couleurs, non ? –

Douce illusion.
Il se fiche bien de la teinte du monde.
Il veut simplement ne plus être blessé. Que le rouge reste un choix. Pas une contrainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Jeu 10 Mar - 16:38

"Le monde est drôlement gris, tu ne trouve pas ? Il faut bien apporter un peu de couleurs, non ?"

Je ne sais pas si le monde est gris.
La vie est terne, grise, oui.
Mais le monde est bien coloré.
Pense-t-il que le monde est faux ? Que ce qui existe n'est pas véritable ?

Et qu'entend-il par "monde" ?
Englobe-t-il l'univers entier ou seulement ce qu'il connait du monde, une partie du tout ?

Moi aussi je ne vis que dans une partie du tout.
Pourtant...
Je pense que ce tout est porteur de couleurs.
Qu'il faut s'y fondre pour s'y intégrer.
Ma partie de tout m'appartient.

Peut être veut-il être l'élément original de sa partie ?
Ou des parties des autres.
Se faire remarquer.
Différent.

Mais en réfléchissant...
J'ai dit : Ma partie de tout m'appartient.
Seulement... Je suis un élément original des parties des autres.
Tandis que lui... Ressemble aux autres jeunes. Il est intégré.
Peut être est-ce moi qui est tord.
Suis-je le seul à ne pas vouloir être vu dans le grand monde ?
Peut être que les couleurs ne doivent pas se fondre les unes dans les autres et garder la même teinte.
Peut être doivent-elles être toutes différentes et créer un mélange coloré, dont chaque couleur séparément n'est rien, mais le tout une véritable harmonie.

"Le monde est drôlement gris, tu ne trouve pas ?"

Est-ce que le mélange de toutes les couleurs existantes donne du gris ?

"Le monde est gris. Mais ce sont tes couleurs qui le rendent ainsi."



"Tu réfléchis trop Daï-An... Aller, viens dehors avec moi."

Tristan...
Toi aussi tu penses que le monde est gris ?


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Sam 12 Mar - 21:52


« Le monde est gris. Mais ce sont les couleurs qui le rendent ainsi. »

Sentence pensive, assénée sans dureté.
Aru sourit et passe une main dans ses cheveux ; yeux clos par un rire silencieux. Et gêné.

- Ca devient un peu trop philosophique pour moi, désolé. –

Il pleut toujours, mais le rythme s’est apaisé. Plus de violence. Murmure régulier.

- Tu as l’air de réfléchir beaucoup. Tu fais des études de ce côté là ? Je veux dire, je suppose que t’as pas pour ambition de devenir plombier…D'ailleurs, tu ne devrais pas être en cours ?-

A nouveau, la main passe dans la chevelure rouge.

- Je suppose que tu pourrais me retourner la question, hein. C’est que j’ai laissé tombé les études…Pas que je fasse rien de mes journées, hein ! Je bosse ! Mais mon patron m’a laissé quelques jours de congé. –

Son cœur se tord dans sa poitrine. Ne pas, ne surtout pas penser à ça.
Il l’a dit pour se justifier, c’est tout.
Ne surtout pas penser. A la douleur. Aux coups qui s’abattent. Aux insultes.
Il bat rapidement des paupières. Sourit toujours.
Ne surtout pas penser.



[Je suis généreuse, hein ? Je t'ai ouvert plein de pistes^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Sam 12 Mar - 22:39

(Très... Sauf que je reste un asocial...)


"Ca devient un peu trop philosophique pour moi, désolé."

Il esquive.
J'aurais aimé connaitre son avis.
Vraiment aimé.
Mais un humain ne peut pas être forcé.

"Tu as l’air de réfléchir beaucoup. Tu fais des études de ce côté là ? Je veux dire, je suppose que t’as pas pour ambition de devenir plombier…"

Je veux pas être plombier. Mais en même temps, qu'est-ce qu'il a contre les plombiers ?
J'ai pas envie de lui répondre.
Ca ne le regarde pas.
Et puis... Je suppose qu'il demande ça pour en savoir plus sur moi.
Mais je n'ai pas choisi ce que je fais.
Tristan était un scientifique.
Ma mère a voulu faire de moi un littéraire.
Pour changer un peu. Vive la diversité !
N'importe quoi...
Je suis en Fac de Lettres.
A la limite, j'aime bien les livres, ça ne me dérange pas.
Mais je crois que j'aurais aimé faire de l'Art.
De la musique... Ou du dessin...

"Je suppose que tu pourrais me retourner la question, hein. C’est que j’ai laissé tomber les études…Pas que je fasse rien de mes journées, hein ! Je bosse ! Mais mon patron m’a laissé quelques jours de congé."

Laisser tomber les études.
Pourquoi ? Est-ce que c'était son propre choix ?
Moi j'aime bien ça... Je suis totalement encadré, chaque jour est semblable au suivant...
Pas besoin de réfléchir. Position agréable. Facile.

Il parle beaucoup. Un vrai moulin à paroles.
C'est mon père qui disait ça.
Je pense qu'il va vouloir que je réponde. Mais je n'y trouve aucun intérêt.

Mais il y a eu comme un trouble. Lorsqu'il a prononcé sa dernière phrase.
Un trouble. Comme une goutte qui tombe sur l'eau.
C'est beau. Attirant.
Je veux savoir.
Comprendre ce cerveau, si différent du mien.
Connaitre les pensées de cet autre être.
Fouiller pour apprivoiser.

"Pourquoi des congés ? Maladie ?"

Il y a de longs trous avant mes réponses.
C'est dur de suivre une conversation.
Je pense que ça le gène.
Tant pis.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Sam 12 Mar - 23:42

[Oh, ça suffit^^]


Silence.
Un long vide avant la chute.
Douloureuse.


« Pourquoi des congés ? Maladie ? »

Ne pas vaciller.
Sourire. Toujours.


- En quelque sorte. Oh, mais c’était juste quelques jours. Je pense que je ne vais pas tarder à y retourner, je vais mieux maintenant. –

Et s’engouffrer dans la moindre faille. Se glisser entre les mots pour éviter de se faire toucher.

- Je travaille dans une librairie. Celle près du fleuve, je ne sais pas si tu vois. Le patron est pas loin de la retraite et il a quelques problèmes de dos, tout ça. Alors, comme c’est un vieil ami, il a pensé à moi, et je l’aide à ranger, à porter les cartons…Et j’apprend le métier en même temps. J’aurais bien aimé faire dans la peinture, mais bon, je me contenterais sans doute de récupérer la boutique. C’est déjà pas mal ! Je ne crois pas t’y avoir déjà vu. Tu aime lire ? –

Flot continu de parole.
Il se rend bien compte du fossé qui le sépare de son interlocuteur. En apparence. Au fond, ils sont peut-être bien plus semblables qu’on pourrait le penser.
Sans doute, d’ailleurs, que l’autre n’est pas un danger.
Mais l’habitude est prise, désormais. Et le risque doit rester de zéro.
Aru restera toujours une tempête de rouge et vert.


- Tiens, d’ailleurs, tu ne m’as toujours pas dit ton nom, je crois ! -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Dim 13 Mar - 12:41

Sourire figé.
Puis flot de paroles continu.
Trop pressé, trop bousculé. Nombreuses informations mais sans importances.
Détails inutiles, vain essai de cacher le trouble ?
L'important est : Librairie - Peinture.
Un artiste ? Pourquoi ne pas avoir continué ce que tu voulais faire ? Lâcheté ? Peur ?
Moi j'aime bien les livres. Les mots qui y dansent.
Mais je ne vais pas souvent chez le vendeur. J'ai surtout lu ce que m'a légué Tristan, emprunté ce qui se trouvait dans les CDI des écoles où je suis passé.

En vérité, ce n'est pas plus l'histoire racontée qui m'intéresse que les mots employés.
J'aime les maniements de la langue.
La force que peut avoir quelques simples syllabes.
C'est, je pense un art plus fort que les autres, qui peut d'ailleurs devenir une arme.
Savoir brandir l'épée par la parole ma déjà blessé.
Ca fait mal.
La blessure saigne encore et encore, et jamais ne se referme.
Mais finalement, je pense que les mots ne sont pas mauvais.
Seuls ceux qui les emploient le sont.

Et non, en effet, je n'ai toujours pas dit mon nom.
Je crois que cette forme d'affirmation est comme une question.
Mais je ne peux pas en être sur.
De toute façon, je n'ai pas envie de lui donner, mon nom. Confidentiel.
Mon prénom peut être ? Ca l'aidera peut être plus à me parler de ce trouble qui attire ma curiosité.
L'être humain est vraiment très intéressant.
Toutes ces différences, toutes ces pensées, ces problèmes, ces ambiguïtés...
Passionnant.

"Daï-An. J'aime le mots. Mais toi tu n'aimes pas ceux que je viens de prononcer.
Est-ce qu'en quelque sorte veut dire oui ?"


(Deux pages o_O)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaigen



Messages : 4
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Lun 14 Mar - 23:06

J'étais décomposé.

J'ai toujours adoré m'amuser. La perspective du Jeu m'avait enthousiasmé mais il était maintenant temps de faire le point sur le maelström de pensées contradictoires qui m'habitait et qui aurait bien mérité une psychanalyse. Je vivais des choses inédites et il était normal d'être désorienté.
J'avais perdu tout souvenir extérieur à mes parents, mon amour et ma passion. Mon univers se résumait désormais à ce minimum vital.
Je souhaitais dans un premier temps me reconstruire un simulacre de vie, puis tenter de nouvelles choses. Un programme peu ambitieux qui me comblait dans l'immédiat.
J'étais complètement perdu. Il fallait avancer, mais je ne pouvais me résoudre à tirer un trait sur le passé.
Il le faudrait pourtant.

J'étais Kaigen. Et désormais, je vivrai comme jamais je n'avais vécu.

Deux silhouettes se tiennent au loin, à travers le crachin saisonnier.
Saison ? Quand, comment et où ? Qui ?
Pourquoi étais-je dans ce parc ? Devais-je y faire quelque chose de spécial ?
Les deux autres étaient loin. A l'autre bout du parc, pour ainsi dire.
Je ne me serais jamais cru capable de voir à une telle distance.
Allais-je feindre de faire un jogging ? Quelle drôle d'idée. Déjà, le temps ne s'y prêtait pas vraiment. Et j'étais trop beau pour courir.
Je ne pus retenir un rire. J'étais toujours le même, abandonné ou non.
J'avais simplement besoin de me redécouvrir.
Oui...

Je marchais tout d'abord d'un pas décidé vers les deux individus, entre qui les relations semblaient pour le moins houleuses. J'hésitais à m'approcher.
Pourquoi hésitais-je aussi soudainement ?
Pause.
Révélation.

Je n'étais jamais allé spontanément vers les autres.

Je restais tétanisé.
Mon esprit n'était pas prêt à vivre à nouveau. Il me faudrait du temps.
Et de l'aide.
Allers, retours.

Instable.

Je m'effondrais.


[Est-ce que j'ai honte de m'immiscer dans vos affaires ?.. Pas vraiment.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Mer 16 Mar - 16:33

Un prénom, enfin.
Et puis…
Brusque changement d’opinion.


« Est-ce qu'en quelque sorte veut dire oui ? »

Celui qui se tenait en face de lui n’était en rien inoffensif. Au contraire.
Il ne laissa rien filtrer des pensées qui fusaient dans son esprit. Il n’avait plus droit à la moindre erreur. S’il laissait s’ouvrir la moindre brèche, Daï-An ne manquerait pas de s’y infiltrer. Il n’avait peut-être pas de mauvaises intentions. Mais on n’a pas toujours besoin d’intention pour blesser avec un mot.


- Qu’est-ce que tu veux dire par « tu n'aimes pas ceux que je viens de prononcer. » ? Je ne comprends pas très bien. Comment peut-on aimer ou non un mot ? Est-ce que tu parles de leur sonorité ? -

A la bordure de son champ de vision, un mouvement. Aussitôt, le regard vert fuse vers sa source.

- Hey, est-ce que c’est moi où est-ce qu’un type vient de s’étaler dans la boue, là-bas ? –

Etait-ce la dernière mode ?
Entre l’espèce d’énergumène – bourré ? malade ? simplement terriblement maladroit ? – qu’il venait d’apercevoir et le blondinet qui faisait un malaise avant de lui balancer à la figure toute une série de questions inquisitrices et décalées, il commençait à douter d’être revenu à la vie dans le bon monde.
Oh, il aurait vendu son âme pour un thé brûlant.


[Oui, deux pages !
Puisque nous sommes désormais 3, je propose de bien faire attention à garder cet ordre pour poster.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Mer 16 Mar - 23:24

[Bienvenue Kaigen ! Magnifique présentation. Nous voilà deux avec la manie de sauter des lignes ^^
Je suis d'accord, pour garder l'ordre pour poster, mais ça risque de ne pas toujours être pratique, je pense.]


Bien évidemment.
On ne se livre pas ainsi à un inconnu.
J'ai pourtant fait l'effort de donner mon prénom, on pourrait exprimer quelque gratitude, du moins...
Mais aucune réponse, juste un retournement de questions.
Quelle défaite.
Il me semble que je vais devoir apprendre à discuter comme les autres.
Pourquoi est-ce que les conversations sont fournies quand je n'y participe pas ?

Les mots c'est leur sens lorsqu'il sont isolés qui est fascinant.
En groupe, tout est plus simple, on se cache entre les autres pour passer inaperçu.
Mais seul... On est comme à nu.
On ne peut plus rien cacher, même à nous-même.
Le mensonge se voit.
La solitude est la vraie façon d'exister.
Tous les mystères, les dédales, les méandres dont tu es construit apparaissent.
Ainsi, jeune mot, tu es une bulle que j'avale.
Tout ton être m'appartient.
Et non pas aux autres, car soudés à leur groupes, ils sont inutiles, invisibles.

Les autres.
Il y a moi et... Les autres.

Il y a un, un autre, nouveau personnage dans mon tableau.
Quelle personne normale sortirait dehors par ce temps ?
Il tombe.
Un malade ? De la tête ou bien du corps ?
Peu importe. Qu'il se débrouille.
Le garçon aux cheveux rouges va surement aller l'aider de toute façon.
Il est comme rempli de principes. Un jour, ça débordera.
Ça m'étonnerais qu'il laisse l'inconnu dormir dans la boue.
D'ailleurs, ça ne doit pas être très confortable.

Après réflexion, un nouvel arrivant m'aiderait beaucoup.
Si je veux découvrir l'intérieur de "Aru", je vais avoir besoin de quelqu'un qui sache faire conversation.
Mener l'homme, le faire s'ouvrir.
Les barrières de défenses s'effondreront d'elles-mêmes si l'inconnu arrive à lui parler simplement, comme une personne normale.

Il me faudrait juste qu'il soit en meilleur état.
En soi, je n'ai rien contre les bains de boue, mais je ne suis pas certain qu'il ait choisi de s'y plonger de lui-même.
Ce serait bien qu'il soit tout de même en bonne santé.
Espérons qu'il n'est pas muet.

Cet inconnu est ce qu'il me faut.
Au final, même l'inutile peut être utile.

Me tourne vers l'homme vert rouge et blanc.

"Je vais l'aider, tu viens ?"

Ces paroles sont totalement étrangères à mes lèvres.
Je crois que c'est la première fois que j'aide quelqu'un.
Aider.
Aujourd'hui est un jour de progression...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaigen



Messages : 4
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Jeu 17 Mar - 23:04

[J'aurais dû être plus clair : je tombais à genou, à la limite sur les mains. Mais soit, allons-y pour le bain de boue.]

*splortch*


"..."

"Bmlbhhe..."
C'était tout de même assez pitoyable. "Ne ratez jamais la première impression", qu'ils disaient.

Au fond, je m'en fichais. Rien ne pouvait ternir ma véritable beauté. Je trouvais même un certain comique à cette déchéance. Par contre, mes vêtements étaient fichus. De façon purement pragmatique, je me demandais où je pourrais laver mes vêtements. Chez moi ? Quel "chez moi" ?
Pris dans cette réflexion, j'avais momentanément oublié les deux inconnus. Et la situation dans laquelle je me trouvais.
Parler. Il fallait parler.
Et refouler, ou du moins remettre à plus tard, les questions concernant ma nouvelle vie. Sans cela, je n'arriverai pas à me reconstruire. Un dialogue devrait faciliter les choses.
Tout d'abord, se relever. Courage.
La boue glissait. Mes vêtements produisaient d'immondes bruits de succion en s'extirpant du sol défait par les assauts continus du ciel. La pluie atténuait les contours et torturait les arbres, noyait l'herbe et ruisselait le long des bâtiments. Des hautes constructions de la Ville, monotone, émanait le mystère. L'inconnu sous sa forme condensée. Excitant de sobriété.

Je suis debout.
Le premier est un blond. Et il me fixe. Bizarrement. L'autre, encore plus voyant, s'est teint en rouge vif. Il m'a semblé apercevoir deux éclats verts, mais toute affirmation était impossible. Amusant.
Deux garçons.
Sans commentaire.
Difficile de faire le premier pas quand on est couvert de terre. Molle, voir liquide de surcroit. Je suis gêné. Autant attendre, et si ils ne font rien...

Mains dans les poches. Pas.
Pas...

[C'est suffisant en longueur ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aru
Dieu Tout-Puissant
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Lun 21 Mar - 21:07

"Je vais l'aider, tu viens ?"

Il y a des moments, comme ça, où la vie n’est plus qu’une succession d’évènements qui ne semblent reliés par aucune logique.
L’être devant lui était une sorte de paradoxe – c’était le mot qui venait à l’esprit d’Aru, ça faisait un peu savant, intellectuelle, ça sonnait bien. Il n’était tout à fait sûr que ça convienne, mais ça sonnait bien. Vraiment.

Daï-An avait commencé par venir vers lui pour lui proposer son parapluie. Geste altruiste, tout le monde n’en aurait pas fait de même. Mais il était par la suite resté distant ; peu bavard ; en aucun cas il ne s’était montré sociable et le jeune homme avait dût faire preuve de patience pour lui arracher son nom.
Et voilà qu’à nouveau, il s’apprêtait à aller aider le nouvel inconnu.
Avec un tel manque d’équilibre dans son comportement, pas étonnant qu’il se soit cassé la figure, lui aussi.

Coupant court à son analyse psychologique pour le moins bancal, elle aussi, Aru suivit le garçon au parapluie.
Il n’eut même pas l’occasion de lui proposer son aide ; le nouvel arrivant s’était déjà relevé.

Sourire avenant.
Et c’était repartit.


- Est-ce que ça va ? Vous vous sentez bien ? -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daï-An
Sbire 2 de Dieu
avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Jeu 24 Mar - 21:36

(Il n'y a aucun problème de longueur, nous avons délibérément choisi de ne pas indiquer de nombre de lignes minimum.)

Pas après l'autre, nous avançons.
Je n'emploie pas souvent le pronom nous.
C'est étrange de se sentir inclus dans un groupe.
Plaisir fugace.
Sensation amusante tout de même.

L'autre se relève.
Mal de tête éphémère surement.

Lors d'une discussion - à laquelle je ne participais pas -, on a dit cela :
"Les mecs qui pensent pas, bah quand ils réfléchissent, ils ont mal à la tête."
Je me demande si cela s'applique pour l'inconnu.
Et pour moi ?

"Est-ce que ça va ? Vous vous sentez bien ?"

Parfait.
Plus il est avenant, plus ça me plait.
Est-ce de l'orgueil, cette sensation de faire accomplir aux autres ce que l'on souhaite ?
En tout cas j'apprécie.
Pas l'orgueil, hein. Le sentiment de victoire.

Mais...
Ce garçon, Aru...
Me semble un peu lunatique.
Il y a quelques instants, il était sur la défensive.
Mais il m'a suivi sans aucune gène pour aide l'autre.
Cela n'aurait pas été mon cas.
Est-ce une histoire de "principe" ?

Un jour, Tristan m'a dit que les actes Hommes étaient dictés par leur "conscience morale", leurs "principes".
Que ces chaines les empêchaient de dire ou faire ce qu'ils veulent.
Un boulet au pied, sauf qu'il est dans la tête.

Si j'en avais, ça m'embêterait.
Je crois que je m'en débarrasserais.

Ma deuxième hypothèse...
(C'est mes professeurs qui mettent le mot "hypothèse" partout, alors je fais pareil, ça leur plait.
Il y a des gens qui sont contents avec pas grand chose.
Dix ou quinze mots qu'ils aiment dans ma rédaction, et la note augmente de suite.)

Je disais donc, que ma deuxième hypothèse état la suivante :
C'est un garçon de façade.
Il peut changer son visage rapidement, sans que sa pensée ne s'altère.
Une enveloppe contrôlée par l'âme.

Vraiment, ce Aru m'intéresse fortement.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëlle

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 26/02/2011

MessageSujet: Re: Pluie   Sam 26 Mar - 21:38

Trempée jusqu'aux os sous cette pluie battante, je reste invisible, tel un fantôme , pour les usagers du parc. Assise sur un banc, moi non plus je n'ai pas de parapluie, mais je suis ignorée par les autres, car à moi, personne n'est venu me proposer le sien. Suis-je donc si horrible pour que l'on fasse semblant de ne pas me voir, de détourner les yeux face à mon apparence ? Ou bien je suis tellement insignifiante que je passe inaperçu aux yeux du monde ?
Je voulais pourtant changer ! Que les gens me regardent en face sans air dégouté ! Mais la volonté ne suffit parfois pas. Je suis peut-être plus forte, j'ai peut-être de nouveau faim, mais le regard et l'attitude des autres eux, ne changent pas. Et moi, je ne vais pas reprendre 30 kg en 2 jours.

Mes larmes se mettent à couler, invisibles sous cette averse, comme moi. Et à la personne qui tombe, on lui propose aussi son aide' ! Et à moi alors ? Je ne sais qu'inspirer la pitié avec mon apparence de chat famélique mouillé, avec mes cheveux ternes trempés qui me collent le visage. L'horreur aussi. Ne pourrais-je donc jamais me faire d'amis ? Je sors un mouchoir pour essuyer la morve qui me coule de manière dégoutante des narines. Je me mouche. Avec un peu de chance le bruit attirera l'attention. J'ai froid, avec mon T-shirt XL pour homme collé à ma peau, sur mes formes plates, faisant ressortir mes côtes, et mon jeans ample. Je voulais cacher ma maigreur, mais la pluie ne la rend que plus transparente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Maundrell

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 26/03/2011

Joueur
Âge: 14 ans
Métier: Collégienne déserteuse

MessageSujet: Re: Pluie   Ven 8 Avr - 19:30

Les gouttes d'eau s'abattaient sans régularité aucune sur le sol et j'aimais chacune d'elles. Elles étaient pures, froides, simples. Leur ressemblances était parfaite. Elles étaient belles.
Je n'avais pas tenté de découvrir ce qui c'était passé depuis que ma tentative de suicide avait capoté. Il n'y avait qu'une raison à cela : Satan, mon maître, voulait encore que je l'aide sur cette terre pourrie, et j'avais cette mission à accomplir avait de partir. Je me sentais importante. Une sensation de toute-puissance m'envahissait à mesure que j'avançais sous la pluie battante. Je parcourait les rues vides sans but bien distinct, avec comme idée de trouver un autre organisme vivant, un autre déchet civilisé dans les environs et d'obéir à ma destinée en l'anéantissant définitivement. Devant une grande bâtisse, je m'arrêtais. Elle me plaisait. C'était un genre de manoir sombre de style gothique. En passant à proximité, il me sembla entendre des voix, voir un rideau se soulever, un rire résonnant dans mon oreille... Étais-je folle ? Je l'espérais. Il n'y a rien de plus classe, de plus cool, que d'entendre des voix et d' halluciner. J'espérais fiévreusement que j'aurais bientôt d'autres visions. Je m'éloignais. Arrivant au parc, avec comme intention de m'asseoir quelque part afin de réfléchir au but sacrosaint que je poursuivait, je remarquais à peine la fille famélique que je bousculais en m'installant sur un banc. Je me tournais vers elle, d'un air blasé, sans daigner m'excuser. Elle était laide. Elle était mauvaise. Elle était humaine, quoi. Je la hait instantanément : confusément, je me dis qu'elle avait l'air d'une victime. Le genre de personne que j'aimais bien frapper. Elle était maigre, avec un visage triste et une attitude de chien battu. Je ne l'appréciait pas, oh non.

-Tu fous quoi dans mon passage, toi ?

Les mots étaient sortis tout seul et me soulagèrent : le temps de songer un instant à la haine que je ressentait envers elle, et j'étais entrée dans un état de stress phénoménal. J'avais eu envie de la tuer. Mais avant, il me fallait une preuve que c'était une pourriture. Elle mit plus de trois secondes à répondre. C'était intolérable. Elle osait m'ignorer, moi ? Moi qui avait défié "Dieu" et que Satana avait sauvée de la mort ? Il ne me vint pas à l'esprit qu'elle avait juste besoin d'un peu plus que quelques secondes pour formuler une phrase. J'avançais d'un pas vers elle et enserrait son cou de mon bras. Il était mince, même maigre, autant que mon bras, et ça aussi, ça ne me plaisait pas. Avait-elle mangé, ces derniers temps ? Était-elle malade, pour être si étrange, assise, là, hagarde, sous la pluie, sans se réfugier, sans hurler de rire et d'hystérie comme les autres saloperies d'adolescentes répugnantes ? Ne pouvait-elle pas être ignoble, elle aussi ? M'offrir une excellente raison de la tuer ? Et la douleur, la haine, la cruauté étaient revenues. Je sentais mes yeux qui devenaient exorbités, et je n'aimais pas cela. Je continuais de serrer en lui couvrant la bouche de mes mains. Je n'aime pas les cris des gens. Je ne suis pas sadique à ce point. Non-orthodoxe. Puis j'en eu marre. Je la lâchais et la poussais en arrière en grognant quelque chose que j'ai oublié. M'avisant de quelques autres pourritures vivantes dans le coin, je décidais d'aller accomplir ma mission satanique dans un autre endroit et me levait. Cette fille-là faisait vraiment trop pitié. Et puis, au fond de moi, un soupçon d'humanité survivant s'inquiétait pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pluie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pluie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» [Texte] La pluie
» Canidé prétentieux [PV Spectre du Passé & Pluie d'Anarchie]
» Pluie d'hiver [PV Elim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Versus :: .: RPG :. :: Le parc-
Sauter vers: